Peut-on rafraîchir une habitation avec un puits canadien accouplé à une VMC double flux ?

NON : Dans le cas d’une maison au standard RT2102,  La VMC double flux sera dimensionnée pour assurer un air hygiénique dans votre habitation. La réglementation prévoit un débit entre 45 et 135 m3/h dans la cuisine, 30 m3/h dans la salle de bain et 15 m3/h dans les WC et 15m3/h pour les WC ou SDB supplémentaires. La somme des débits varie environ entre 70 et 180 m3/h. Pour une maison de 120m2 habitable et un volume de 360m3, le renouvellement sera de l’ordre de 45+30+15= 90m3/h en vitesse nominale et 135+30+15=180m3/h en vitesse de pointe. Soit un renouvellement d’air complet toutes les 2 heures (180/360=0.5).

Or pour rafraîchir une pièce il faut prévoir au minimum 3 volumes/heures soit un débit de 1000 m3/h. Une climatisation fonctionne en générale en boucle fermé avec un ratio de 6vol/h !

Pour atteindre cet objectif il faut soit surdimensionné la VMC DF ou ajouter deux ventilateurs supplémentaires en parallèle de la VMC pour apporter ce surplus d’air en période estivale lorsque la température dépasse 24°. Le surdimensionnement de la VMC DF n’est pas possible avec la réglementation RT2012 alors que le principe de la VMC DAC proposé par Batirbio (incluant reprise d’air et freecoulling) est prévu dans les textes réglementaires.

La situation est différente pour une maison passive optimisée pour se protéger à la fois des pertes d’énergies en hiver mais également des apports solaires en été. Dans la pratique, l’expérience montre que pour une utilisation normale de la maison avec des besoins d’ouvrir de temps en temps les volets ou brise soleil, le risque de surchauffe n’est pas négligeable.  Le puits canadien devient une pièce maîtresse pour rafraîchir votre maison. Le débit ne sera pas aussi important que pour une maison RT2012 (entre 0.8 à 1,2 vol/h)

Différences entre puits canadien traditionnel (air/terre) et hydraulique (eau/terre)

Un puits canadien capable de traiter 900 m3/h est composé de 3 longueurs de conduits (diamètre 200mm) de 35m de long, posées dans une tranchée unique à une profondeur de 2m. La largeur de la tranchée est de 2 m pour obtenir un écart 1m(axe) entre les conduits. Soit un volume de 35*2*2= 140 m3 de terre à déplacer 2 fois (excavation et rebouchage)

La puissance théorique disponible est de (32°-16°)*900*0.34= 5Kw env 
(le coefficient 0.34 est la capacité spécifique de l’air)

Pour atteindre cet objectif avec un système a eau glycolée, il faut prévoir un réseau 5000w/7 (w/m) = 714 m !    Soit une tranchée de 714/35/2= 10m de large et 35 m de long avec un réseau de conduit DN32 distant de 50cm ! soit un volume de 10*35*2= 700m3 de terre à déplacer 2 fois !!!

On peut également calculer le rendement avec les surfaces équivalentes :

PC 3*35m dia 200= Pi*Dia^2/4 = 0.200^2*3.15/4=0.032 m2*35*3=3.36 m2

Hydraulique : DN32 = 0.032^2*Pi/4=0.0008 m2 – sachant que l’eau est 4 fois meilleur conducteur que l’air la surface équivalente est de 3.36/0.008/4= 1050 m de conduit à poser dans le sol.

Le rendement du PC est moins important car if faut ajouter la puissance de la pompe pour la circulation du fluide caloporteur. Le EER (coefficient de performance pour le froid) ne dépasse pas 3 ou 4 alors que le PC traditionnel est de 8 à 10

A vous de choisir…

 

Y-a-t-il un risque bactériologique avec un puits canadien traditionnel ?

Une étude bactériologique détaillée a été réalisée par une équipe suisse – Barbara Flückiger, (Institut hygiène et Arbeitsphysiologie, ETH Zürich) – sur 12 installations pour déterminer la qualité de l’air à la sortie du puits canadien et de la bouche de soufflage des pièces de la maison.

Il apparaît clairement que la concentration de champignons et de bactéries dans l’air à la sortie des bouches de soufflage est significativement inférieure par rapport à la concentration dans l’air extérieur. La réduction est principalement due aux filtres placés à l’entrée du puits et avant le ventilateur dans la maison. Les bactéries ou champignons ne peuvent se développer dans le noir et à une température de 12°

Les détracteurs du puits canadien ont utilisé cet argument pour générer une peur et véhiculer une idée fausse.

Le problème sanitaire que peut présenter un puits canadien est généralement dû à la mauvaise pose de celui-ci et au problème d’étanchéité des raccords. Nombreux sont les entreprises ou auto-constructeurs qui proposent des solutions non étanches à l’immersion (IP68). L’eau qui est retrouvée dans les conduits ne sont généralement pas dû aux condensats mais au infiltrations parasites.

Nos solutions sont entièrement étanches et le puits canadien AeroTero est prévu pour être immergé dans l’eau. Le rendement dans ce cas est multiplié par 2 !   

 

Le choix des conduits ?

Après plusieurs années d’expériences et des milliers de puits canadien vendus nous avons finalement opté pour le conduit en PEHD (Polyéthylène haute densité) avec une peau intérieure lisse spécialement prévu pour véhiculer de l’air. Les conduits en PE traditionnel sont fabriqués avec des matériaux recyclés issue de produits divers peut soit dégager des composants organiques volatils, soit diffuser une odeur en fonction des produits recyclés utilisés.

Le grès vitrifié qui est un produit noble ne permet pas de garantir une étanchéité suffisante avec des joints tous les 2m. Nous avons eu plusieurs installations non étanches et nous avons finalement abandonné cette solution. La pose est également délicate et la manutention non aisée.

Les conduits en fontes ne sont pas écologiques car la fabrication engendre beaucoup d’énergies grises. Chaque conduit pèse plus de 100kg et nécessite des machines pour la manutention et la pose. La protection contre la corrosion est également discutable.

Le béton est à bannir car non étanche.

Les performances thermiques de PEHD sont suffisantes malgré une épaisseur importante des parois. Il est important de créer un flux turbulent pour augmenter la rentabilité de l’installation.   

Menu